La dynamique de l'”Empowerment” à l’épreuve sur Seine Ouest

Atelier RH Publié le 10/04/2017
La dynamique de l'”Empowerment” à l’épreuve sur Seine Ouest

En quête de sens et ultra-connectés, les membres de la génération Y bousculent les codes du travail et du management. Pour faire dialoguer les membres de l’entreprise, le Pôle de compétence numérique a invité Stéphane Jasmin, le correspondant accrédité de l’approche TED (acronyme pour The Empowerment Dynamic), pour animer un atelier participatif sur le thème de l’intergénérationnel sur le territoire de Seine Ouest.


La génération “double clic” comme il aime à l’appeler, n’en finit pas de questionner nos modes de management. Avec leur mémoire déportée, accessible en un revers de main via leur smartphone branché en permanence aux réseaux sociaux, ils agacent les managers qui estiment leur légitimité de plus en plus contestée.

Nous sommes réunis en ce début de printemps dans le tout nouvel espace de co-working du Groupe Trèfle, à quelques pas des bureaux du PCN à Boulogne. Une vingtaine de participants écoute attentivement Stéphane leur exposer son constat : à l’heure de la transformation digitale, les salariés nés après les années 80 nous forcent à réinventer nos modèles d’organisation.

Ils sont déjà près de 40 % à occuper des postes en entreprise et ils nous poussent à faire un choix. Subir la transformation ou inventer avec eux de nouveaux espaces de coopération.

Spinning Dancer.gifCar nous sommes après tout responsables de l’environnement dans lequel ils ont grandi et les “mettons face à une injonction contradictoire en ne tolérant pas qu’ils soient différents à l’intérieur de l’entreprise”.  Pour appuyer sa démonstration, il projette à l’écran l’illusion de la danseuse en rotation que notre cerveau nous fait percevoir tourner dans le sens horaire ou anti horaire selon notre manière de lire l’image.
Une allusion aux différentes perspectives que nous tenons tous sur le monde. Il s’agit donc bien de composer avec celles-ci afin de porter un projet entrepreneurial qui ait du sens pour tous les membres qui composent l’entreprise.

DONNER DU SENS AUX MISSIONS DE L’ENTREPRISE

Et sortir du dogmatisme. “La loyauté des nouvelles générations envers les règles est proche de zéro” assène Stéphane. Intervenant en école de commerce, il ponctue sa présentation de conseils tirés de son expérience d’enseignant. Comme celui de définir une succession de petites tâches qui aient du sens pour le collaborateur.

Même si cela nécessite de sortir de sa zone de confort et exige un rebond permanent pour les managers, il s’agit de questionner le sens donné à chaque contribution, sans faire l’impasse sur les questions de l’émotion et de la reconnaissance.

Travailler AVEC le manager, et non plus pour

Stéphane résume ainsi sa vision d’un management 2.0 dont la légitimité se construit jours après jours. À saupoudrer de transparence, pour lier clairement les objectifs de l’entreprise aux objectifs individuels et générer ainsi de puissantes synergies créatrices.

BIEN-VEILLANCE & DYNAMIQUE D’EMPOWERMENT

À une époque où près de 25% des salariés restent activement désengagés de leur entreprise et où la question du bien-être au travail occupe de plus en plus d’espace dans les débats RH, Stéphane Jasmin oppose ainsi une nouvelle définition de la bienveillance.

Elle réside selon lui dans la capacité à “bien veiller” à la construction d’un environnement d’apprentissage propice à l’innovation dans l’entreprise. Point besoin de Chief Happiness Officer dans son modèle, mais plutôt d’un engagement des managers dans ce qu’il nomme le “triangle TED”.

The Empowerment Dynamic

Développée aux Etats-Unis depuis 2006 par David Emerald et Donna Zajonc, l’approche TED repose en effet sur un triangle de “tensions constructives” que Stéphane nous suggère comme scénario de coopération intergénérationnelle.

Le modèle repose sur l’adoption de trois types de comportements dont le cœur est celui du Créateur. Celui qui s’autorise à agir et identifie le résultat qu’il souhaite obtenir. Il est soutenu dans son rôle par celui du Challenger qui le pousse au défi tout en acceptant l’erreur et celui du Coach qui l’aide à clarifier ses intentions et désirs tout en l’encourageant.

Bien entendu il s’agit de reconnaitre ces trois rôles tour à tour auprès de chacun de ses collaborateurs afin d’entrer dans la dynamique d'”Empowerment” et de déplier toutes les potentialités de son équipe.

Assis au fond de la salle, Eric Kalasz, le président et fondateur de Like International, agence de conseil en stratégie opine du chef. “C’est le modèle de développement de Google” commente-t-il dans le groupe d’échange qui conclut l’atelier.

Pour aller plus loin

Retrouvez plus d’informations sur l’approche TED sur le site de Dynamic Factory.
Restez branché à l’actualité du Pôle de compétence sur les réseaux sociaux.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer